Don’t Breathe – La Maison des Ténèbres

Rocky, Alex & Money ont pour habitude d’organiser de multiples cambriolages ensemble, dans le but de quitter Détroit pour un meilleur avenir. Ils repèrent une petite maison d’un vieil homme aveugle qui possède une grosse fortune suite à un dédommagement. Ils espèrent que le butin est bien dans sa maison, pour s’en emparer et débuter une nouvelle vie…

dontbreathe

Don’t Breathe – La Maison des ténèbres est le deuxième long-métrage de Fede Alvarez, après le remake d’Evil Dead (2013) qui avait laissé derrière lui une critique très partagée. Dans son nouveau film, le casting est assez riche, on retrouve Jane Levy d’Evil Dead ainsi que Dylan Minette (pour la dernière fois vu à l’écran dans la très mauvaise adaptation Chair de Poule) & Daniel Zovatto, révélé dans le splendide It Follows. Les trois jeunes aspirent à une nouvelle vie, comprenant argent & liberté. Quant à la victime aveugle (Stephen Lang, Avatar, La série Salem…), son profil est intimidant, grand et musclé, toujours accompagné de son féroce rottweiler, mais ne fait rien de mal, ce qui est le principal déséquilibre du film…

Les trois jeunes habitués au cambriolage pénètrent facilement dans la demeure du vieil homme mais sous-estime sa vivacité et sa violence. Très vite, la situation se retourne contre eux. Malgré son handicap, l’homme connaît bien sa maison et ses sens de l’odorat et de l’ouïe semblent sur-développés. Tel un animal, il renifle et écoute ses proies, essoufflées et terrifiées : le nom du film prend tout son sens. Il n’a alors aucune pitié et a pour seul but de tuer les intrus. Malgré l’acte de cambriolage et de violation de domicile, on voit bien que la bande de jeunes est inoffensive et totalement dépassée par l’événement. Enfermés dans la maison du tueur, ils ne veulent plus faire marche arrière : survivre et s’enfuir avec les biens de l’homme.

Le problème dans tout ça, c’est que l’on ne sait plus vraiment si l’on doit jouir de leur situation ou avoir pitié d’eux. Au final, ce sont eux les « méchants » de l’histoire qui cambriolent un vieil homme aveugle, à priori sans défense. Le film va tenter de se justifier à propos de cet acte, assez maladroitement, autant par la situation précaire et sans avenir des trois jeunes que du passé de l’homme. 

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14804914_1489113391105923_62631270_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n   

Le film ne se nourrit pas de jump-scare, ce qui fait très plaisir, mais de son ambiance inquiétante et de son suspens tout au long des séquences. Par des mouvements de caméra acrobatiques, il nous arrive à nous aussi, spectateur, de retenir notre souffle. Il est intéressant de jouer sur l’handicap du protagoniste, la mise en scène offre de nombreuses séquences originales et l’utilisation de l’espace utilisé est plutôt intelligente. Le gros bémol reste l’écriture des personnages, on devine très rapidement comment va finir chaque personnage, légèrement stéréotypés. Les quelques incohérences nous rattrapent à plusieurs reprises dans le film, provocants des décrochages et une perte importante de crédibilité.

Bande annonce

Assez longue, je conseille plutôt le trailer qui dévoile beaucoup moins l’avancée du film tout en laissant un aperçu de l’esthétique très soignée.

Réalisé par : Fede Alvarez – avec Jane Levy, Dylan Minette, Daniel Zovatto, Stephen Lang

Date de sortie : 5 octobre 2016

Etats-Unis – 1h27           Interdit aux moins de 16 ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s