Kubo et l’armure magique

Sur une petite île où il fait bon vivre, Kubo vit avec sa mère. Ils prennent mutuellement soin l’un de l’autre, Kubo se passionne pour son activité de conteur, adulé par tous les villageois. Un soir, il ne rentre pas avant la tombée de la nuit malgré les avertissements quotidiens de sa mère et se voit pourchassé par un esprit maléfique, lié à deux méchantes jumelles. Sa seule chance est de retrouver l’armure complète de son père samouraï pour espérer vaincre ses ennemis…

kubo

Kubo est connu dans le village entier pour la prouesse de ses contes, animé par son Shamisen, instrument qui donne littéralement vie à ses histoires. Sa mère quelque peu effacée attend Kubo chaque soir dans leur grotte qui domine l’île sur laquelle ils habitent. Un soir, à l’encontre de ses ordres, Kubo ne rentre pas avant le coucher du soleil. Pourchassé par des démons, une longue quête l’attend, suivi de ses deux compagnons de voyage, Singe & Scarabée.

La magie opère très vite et tout comme les villageois, nous sommes suspendus aux récits de Kubo qui prennent vie lorsqu’il joue de son instrument. La stop-motion est d’une qualité rare, autant au niveau des décors, des personnages, des mouvements… Mêlée à la poésie de son univers enjoué par la musique, le résultat est magnifique. Suite aux complications et à l’apparition des démons, Kubo est séparé de sa mère qui « invoque » Singe pour le protéger. Sur leur chemin, ils rencontrent Scarabée qui se joint à leurs quêtes : les trois personnalités réunies sont très drôles : Singe est attentive, prudente et grognon tandis que Scarabée est plutôt taquin, un peu demeuré, pas du tout prudent. Le trio devient très vite attachant, chacun ayant son rôle dans l’avancée de la quête. Les scènes de combat sont superbes, la fin est un poil décevant où l’on aurait aimé être submergé par sa magie qui finalement est presque trop « facile ».

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14804914_1489113391105923_62631270_n

Crée par les studios Laïkas (Coraline, L’Etrange pouvoir de Norman, Les Boxtrolls), les idées de mise en scène fusent et nous gâtent en passant par toutes les palettes d’émotions. Au final le film se destine plus aux parents qu’aux enfants, l’histoire pouvant être légèrement compliquée, mais rien de bien méchant. Le réalisme des poupées est impressionnant : 35 animateurs, 11 007 expressions de bouche, 4 429 expressions de sourcil et 23 187 visages pour Kubo, un squelette de 5 mètres… Au total, plus de 400 personnes ont travaillé sous les ordres de Travis Knight, réalisateur d’un des plus beaux film de l’année.

Bande annonce

Réalisé par : Travis Knight

Date de sortie : 21 septembre 2016

Etats-Unis – 1h42

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s