Sully

Le 15 janvier 2009, le pilote Sully d’US Airways doit atterrir d’urgence et accompli un exploit jamais réalisé auparavant en amerrissant sur l’Hudson, sauvant ainsi 155 passagers à bord. Mais une enquête est ouverte et s’oppose aux choix de l’aviateur, enquête qui pourrait menacer toute sa carrière.

Sully2.png

Inspiré de l’histoire vraie de Chesley « Sully » Sullelberger, Clint Eastwood a rencontré le pilote et sa femme pour retranscrire le mieux possible son récit à l’écran tout en s’inspirant du roman de Sully écrit avec le journaliste Jeffrey Zaslow, « Highest Duty« .

Peu de temps après Inferno où l’on y découvrait un Tom Hanks effacé, on retrouve dans Sully un acteur convainquant et touchant : l’homme correspond parfaitement au rôle, tant par sa sagesse que son sang froid. Toute la tension du film se concentre sur le moment du « crash » : même si l’on sait très bien ce qu’il va se passer, le réalisateur alimente sans excès la tension, autant du côté des pilotes que des passagers et des hôtesses. Pour préserver un minimum de notre attention, la séquence du crash se voit découpée et divisée tout au long du film, montrée sous différents angles : un procédé qui laisse matière à débattre mais qui ne fonctionne pas trop mal, équilibre entre ce que nous attendions et ce qui nous reste à voir. La psychologie du personnage est traitée de manière pesante et répétitive, de multiples hallucinations et un mal-être constant du pilote qui peut très vite ennuyer par son manque d’innovation. On comprend rapidement ce que l’homme ressent, on souhaiterait passer à autre chose. Le film tire réellement sa force dans ses moments de solidarité, ces séquences où l’on sait ce qu’il va se passer mais où le facteur « humain » est le plus touchant, sans tomber dans le surplus de bons sentiments.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14804914_1489113391105923_62631270_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

Après American Sniper, Clint Eastwood réalise un nouveau biopic héroïque touchant. Sully reste cependant loin derrière ses précédents films, bouleversants : il a le mérite d’être véridique mais accumule des inégalités scénaristiques.

Bande annonce

Réalisé par : Clint Eastwood – avec Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney

Date de sortie : 30 novembre 2016

Etats-Unis – 1h36

Une réflexion sur “Sully

  1. Entièrement d’accord avec cette critique, quelques moments de longueur, mais rester 1h30 sur une histoire où l’on connait la chute, ce n’est pas facile !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s