The Square

TheSquare2

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec ses valeurs : quand Christian se fait voler son téléphone portable, sa réaction ne l’honore guère… Au même moment, l’agence de communication du musée lance une campagne surprenante pour The Square : l’accueil est totalement inattendu et plonge Christian dans une crise existentielle.

Sacralisé au 70ème Festival de Cannes par la Palme d’Or, Ruben Östlund dresse un portrait satirique de la Suède, comme il l’avait pu faire précédemment avec maladresse dans Happy Sweden, mais aussi une remise en question totale de la société et/ou de soi, comme le merveilleux Snow Therapy qui avait été récompensé par le Prix du Jury à Cannes, dans la catégorie « Un Certain Regard».

The Square est une véritable expérience cinématographique, à vivre sur grand écran. Comme les précédents films du réalisateur, difficile d’imaginer un second visionnage tant le premier est subversif ; l’ambiance est à la fois intrigante et dérangeante, caractéristiques accentuées par des musiques aux tonalités presque « mystiques ». Ruben Östlund nous plonge au cœur d’une société où tous les maux semblent miroiter aux yeux de tous sans que quiconque s’en soucie. Le film se divise en deux parties : la première, d’un humour grinçant, installe presque « gentiment » les enjeux. Christian, le conservateur du musée joué par Claes Bang, déborde de charisme et jouit de son pouvoir avec une certaine forme d’honnêteté. Sa rencontre avec la journaliste incarnée par Elisabeth Moss est détonante, personnage totalement délirant et accélère le processus de crise existentielle que Christian va devoir surmonter. C’est alors que tout se renverse. Presque inconsciemment, notre position de spectateur tendait dans le voyeurisme, le réalisateur n’hésite pas à nous en faire subir les conséquences. Le retournement de situation est tel qu’un malaise énorme nous sévit et bouleverse notre position de spectateur, jusqu’ici passif, presque intouchable.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

On ressort de The Square totalement ébranlé avec la sensation d’avoir été expulsé violemment de notre zone de confort. Le portrait que dresse Ruben Östlund de cette société qui va mal n’a rien de joyeux et pourtant, il est rare d’assister à un film aussi exaltant que celui-ci tout en captivant notre attention pendant presque 2h30. Palme d’Or amplement méritée !

Bande annonce

(immanquable !)

Réalisé par : Ruben Östlund – avec Claes Bang, Elisabeth Moss

Date de sortie : 18 octobre 2017

Suède – Allemagne – Danemark – France – 2h22

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s