Mise à Mort Du Cerf Sacré

Miseamortducerfsacré2

Steven, brillant chirurgien, est marié à Anna, ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim, 14 ans et Bob, 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin, un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

Après l’étrange et fascinant The Lobster, Mise à Mort du Cerf Sacré était une très grosse attente, bien qu’ayant partagé les avis à Cannes tout en étant récompensé pour son scénario, avec une nouvelle fois Colin Farell en tête d’affiche aux côtés de Nicole Kidman, couple hypnotique qui a récemment fait ses preuves dans Les Proies.

La bande-annonce se voulait anxiogène et décalée et semblait dans la même lignée que ses films précédents, à la fois au dessus de l’absurde et d’une étrangeté décontenancée, toujours capable de nous surprendre. La photographie est plaisante, les mouvements de caméra et les angles de vues très proches de Kubrick et pourtant, un vide scénaristique énorme. Le couple quelque peu psychorigide est intriguant et charismatique mais le film ne présente à aucun moment une forme d’empathie, si bien que nous ne ressentons aucune émotion. La mise en scène est chargée de symboles lourdement appuyés et omniprésents, en plus d’une musique classique assourdissante, tentant de nous rappeler l’atmosphère « inquiétante« . Il n’y a aucune évolution scénaristique ou visuelle, nous assistons à un défilé de marionnettes, sans vraiment savoir où nous allons, jusqu’à ce que le cynisme du réalisateur devienne virulent au point de s’attaquer au spectateur qu’il prend à son tour pour une marionnette.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14804914_1489113391105923_62631270_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

Plus que de la déception, c’est la frustration qui l’emporte sur ce récit inachevé où l’on reste dans le questionnement. Il y avait pourtant quelques bonnes idées et un humour noir efficace mais il en ressort un film raté, non abouti et trop superficiel pour heurter notre sensibilité.

Bande annonce

Réalisé par : Yórgos Lánthimos – avec Colin Farell, Nicole Kidman, Barry Keoghan, Raffey Cassidy, Sunny Suljic…

Date de sortie : 1er novembre 2017

Grèce – Angleterre – 2h01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s