In my room

« Armin commence à avoir passé l’âge : celui de sortir tard le soir comme celui de la fille qui lui plait. Il n’est pas vraiment heureux mais ne peut pas s’imaginer vivre autrement. Un matin il se réveille: si le monde extérieur semble inchangé, il n’y a plus la moindre trace de vie humaine. »

Inmyroom2.png

En compétition dans la section « Un Certain Regard » pour le 71ème Festival de Cannes, In my Room est sans doute l’un des films les plus incompris de l’année… Si encore il y avait quelque chose à comprendre dans ce fouillis scénaristique.

Armin a tout d’un loser : sa vie professionnelle est un échec, tout comme sa vie sentimentale, voir familiale. Son quotidien est soudainement bouleversé lorsque toute vie humaine disparaît, le laissant seul au monde. Un changement qui met pourtant du temps à venir, Ulrich Kölher s’efforce de montrer un personnage en pleine crise de trentenaire pendant au moins un tiers du film, tiraillé par le deuil, cherchant sa place dans une société qui ne semble pas vouloir de lui, soit presque 40 minutes de vide, où l’on ne saisit pas bien où le réalisateur cherche à nous emmener. La disparition de toute vie humaine prend un tournant fantastique, mais il ne se passe toujours rien et le personnage d’Armin devient encore moins empathique. Loin d’être le « loser » que l’on croyait, il devient un vrai Robinson Crusoé dans la campagne, construit des moulins à eau, une ferme, il chasse… Une routine quotidienne qui se voit interrompue une seconde fois dès l’apparition de Kirsi, une autre « survivante ». Un rôle féminin qui apporte une vague de fraîcheur qui permet de prendre de la distance avec Armin, mais qui agace à son tour par sa bipolarité.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

Excepté une photographie parfois intelligente et envoûtante sur certains plans, In my room s’enlise dans l’ennui, dans l’absence de tout récit où rien ne prend sens, pas même le titre du film…

Bande annonce

Réalisé par : Ulrich Köhler – avec Hans Löw, Elena Radonicich

Date de sortie : encore inconnue

Allemagne – 2h00

 

Une réflexion sur “In my room

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s