Woman at war (Kona fer í stríð)

« Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande… Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie… »

Womanatwar2

Présenté en sélection à Cannes à la Semaine Internationale de la Critique, favori pour beaucoup de festivaliers avec Sauvage, Woman at War n’a pas remporté le Grand Prix face à Diamantino, mais s’en sort néanmoins avec le Prix SACD.

Halla, croit dur comme fer à ses convictions et fait tout pour les mettre en oeuvre : professeur de chorale le jour, militante écologique la nuit, son entourage ne se doute pas que c’est elle qui se cache derrière le surnom de « La femme des montagnes« , surnom relayé par les médias et qui manipulent l’audimat pour lui donner tort…

A travers le personnage interprété par Halldora Geirhardsdottir, beaucoup de colère et de soif de réussite, mais aussi de tendresse : tandis qu’elle donne corps et âme pour mener à bien son combat, l’appel de l’orphelinat vient bousculer ses plans et son sens des priorités. On en vient rapidement à la comparer à Sandra Hüller dans Toni Erdmann, tourmentée, à la recherche d’un sens à sa vie, sur un fond d’humour grinçant. Ce qui est plaisant dans Woman at War, c’est la façon avec laquelle les sujets sont abordés, sans être assommants : la part féministe du film, son combat contre l’industrie locale de l’aluminium… Un comique de répétition qui fonctionne un peu moins autour de la musique, qui joue de la limite intradiégétique / extradiégétique avec le spectateur, donne certes un peu de légèreté au récit mais est souvent de trop. Outre les musiques, le montage et le travail sur les sons restent admirables et résultent d’une douce subtilité.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14804914_1489113391105923_62631270_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

Une réalisation originale qui a donné une vague d’air frais sur la croisette : la performance de Halldora Geirhardsdottir est détonante, solaire, inspirante. Malgré quelques faiblesses scénaristiques, Woman at War met en scène un combat juste et édifiant, mettant en avant l’écologie et le féminisme sans être redondant ou extrémiste.

Bande annonce

Réalisé par : Benedikt Erlingsson – avec Halldora Geirhardsdottir, Jóhann Sigurðarson

Date de sortie : 4 juillet 2018

Islande – France – Ukraine – 1h41

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s