Voyez comme on danse

©UGCDistribution
Voyez comme ils dansent… Julien sent comme une présence hostile derrière lui en permanence. Alex, son fils apprend qu’Eva, lycéenne de 17 ans a oublié de le prévenir qu’il allait être père. La mère d’Eva, Véro, dans une sale passe depuis sa naissance pense qu’elle va être obligée d’arracher le sac des vieilles pour nourrir le futur enfant. Elizabeth, dont le mari Bertrand s’est volatilisé, voit sa maison dévastée par une perquisition. Lucie exaspérée par les délires paranos de Julien, son mari, est au bord du burn out conjugal. Serena, la maîtresse de Julien sent qu’il lui ment. Julien ne sent pas que Serena lui ment aussi. Loïc, fils ainé de Véro, seul élément stable de la bande ne l’est pas tant que ça. Sans oublier un absent toujours très présent…

Voyezcommeondanse2©UGCDistribution

On pourrait penser que Michel Blanc en est à son premier long-métrage mais malheureusement, Voyez comme on danse est son cinquième film, qui donne suite à Embrassez qui vous voudrez, soit 16 ans plus tard… Et cela fait des dégâts.

On ne pouvait pas faire un casting plus français et tendance ; Karin Viard, Carole Bouquet, Charlotte Rampling, Jean-Paul Rouve, William Lebghil, de grands acteurs reconnus qui ont déjà fait leurs preuves, et pourtant : à peine en 5 minutes, la direction d’acteur les rend terriblement mauvais. Tous les dialogues sonnent faux et sur-écrits, toutes les « blagues » tombent à l’eau. En peu de temps, près de 11 personnages nous sont présentés, tous ayant un lien de parenté plus ou moins absurde et la confusion est énorme. Pour ne rien arranger, le montage est grotesque, parfois sans transition ou avec de gros plans qui ne racontent rien, la gêne est partout. On pense avoir vu le pire et l’on s’arme de patience pour affronter ces 1h28 de malaise, jusqu’à en oublier l’ingrédient préféré des mauvaises comédies françaises : le racisme. Un personnage asiatique est introduit et porte à lui seul toutes les remarques xénophobes. L’embarras laisse place à la colère, tandis que l’humour est toujours absent. Pour enfoncer davantage le film dans sa mièvrerie, plusieurs caméos mettent en scène Michel Leblanc dans le rôle de l’ex jaloux : notre désarroi est à son sommet, la comédie française plus basse que terre.

14804914_1489113391105923_62631270_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

Alors que des comédies françaises excellentes telles que Photo de famille sortent en salles, Voyez comme on danse fait de l’ombre aux productions françaises et encourage le racisme, la vacuité scénaristique ou toute qualité visuelle. Michel Leblanc tente de surfer sur des sujets « d’actualité » en se moquant des « bobos parisiens », tout en évoquant l’IVG et la transsexualité avec un certain mépris. A vomir et à éviter à tout prix.

Bande annonce

Réalisé par : Michel Blanc – avec Karin Viard, Carole Bouquet, Charlotte Rampling, Jean-Paul Rouve, William Lebghil, Jacques Dutronc, Sara Martins, Guillaume Labbé, Jeanne Guittet, Émilie Caen

Date de sortie : 10 octobre 2018

France – 1h28

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s