Girl

©DiaphanaDistribution
« Lara, 15 ans, rêve de devenir danseuse étoile. Avec le soutien de son père, elle se lance à corps perdu dans cette quête d’absolu. Mais ce corps ne se plie pas si facilement à la discipline que lui impose Lara, car celle-ci est née garçon. »

Girl2©DiaphanaDistribution

Lukas Dhont fait une entrée royale dans le monde du cinéma avec Girl, son premier long métrage présenté et primé au Festival de Cannes par la Caméra d’Or et le meilleur prix d’interprétation pour son jeune acteur Victor Polster, dans le rôle de Lara.

A Cannes, tout le monde parlait de Girl, qui a très vite été pressenti comme l’un des meilleurs films de sa sélection « Un Certain Regard« , souvent inégale dans ses choix comme a pu le montrer le très mauvais OVNI In my Room. Pour un premier film, la maîtrise de l’image est impressionnante : dès le premier plan, l’esthétique marque son style et rappelle l’ambiance généreuse et réconfortante à la Xavier Dolan. Pour la photographie, il faut saluer le travail de Frank Van den Eeden pour son image et ses lumières qui, accompagnées des décors et costumes, livrent une qualité visuelle de très haut niveau. Victor Polster incarne Victor, qui répond seulement au nom de Lara : né homme, elle se sent femme et prépare son opération. Mais en plus de subir vivre les changements de son corps liés à la prise d’hormones, l’intensité des cours de danse classique « transforme » violemment son corps. Le réalisateur fait ici un beau parallèle entre la danse et son changement de sexe qui affectent Lara de façon physique mais aussi psychologique. Les personnages du petit frère et du père sont très bien écrits et Lukas Dhont filme avec réussite la douceur de ses proches, l’étourdissement que provoque ses efforts dans la danse et le dégoût que lui provoque son propre corps, jusqu’au point de le renier.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

Le scénario peu parfois manquer de saveur mais l’idée est très belle et surtout très bien mise en scène, d’autant plus pour un premier long-métrage. L’interprétation de Victor Polster est prenante, tandis que le réalisateur nous fait part de l’animosité du regard des autres, mais aussi de son propre regard lors du passage difficile de l’adolescence.

Bande annonce

Réalisé par : Lukas Dhont – avec Victor Polster, Arieh Worthalter, Oliver Bodart…

Date de sortie : 10 octobre 2018

Belgique – 1h45

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s