Les Veuves

©Twentieth Century Fox France
« Chicago, de nos jours. Quatre femmes qui ne se connaissent pas. Leurs maris viennent de mourir lors d’un braquage qui a mal tourné, les laissant avec une lourde dette à rembourser. Elles n’ont rien en commun mais décident d’unir leurs forces pour terminer ce que leurs époux avaient commencé. Et prendre leur propre destin en main… »

Les_Veuves_Steve_McQueen©Twentieth Century Fox France

Après le trop clinique « Shame » et très hollywoodien « 12 Years a Slave », Steve McQueen revient avec un film féministe mêlant braquage et campagne politique.

Malgré une mise en scène vérace, une direction d’acteur impressionnante et des décors complexes et éclectiques, les personnages, comme trop souvent chez le brillant Steve McQueen, manquent de consistance. Ceci est dû à un scénario qui multiplie trame et rebondissement empêchant pleinement l’identification. Pourtant, le film commence de manière sur-puissante et surprend. L’excitation de ce début de métrage est néanmoins impacté, au fil du récit, par l’utilisation de mauvais ressorts hollywoodiens. La surprise laisse place à la lassitude face à certains pans de l’histoire vu des dizaines de fois, en exemple : twist et intrigue politique sur fond de corruption.
Les personnages féminins sont brillamment interprétés et leur amateurisme face à l’élaboration du braquage démocratise l’identification, faisant des «Veuves» une véritable œuvre féministe. Toutefois, un autre personnage empêche nos héroïnes d’exister pleinement et frustre notre empathie : La ville de Chicago et ses intrigues politiques douteuses. La volonté de vouloir retranscrire cette facette de Chicago raréfie les séquences propres au film de braquage et étouffe ainsi nos braqueuses. Nous sommes alors ballottés entre deux intrigues, celle du braquage et celle de la campagne politique, dont le lien entre les deux semble quelque peu forcé.

Cela a pour effet de créer dans l’œuvre une structure dissonante déjouant notre immersion. Cependant, à travers cette intrigue politique, Steve McQueen crée un sentiment novateur en renouvelant l’archétype de l’afro-américain grâce au personnage de « Jamal Manning », interprété par Bryan Tyree Henry, en dépeignant un homme mauvais, manipulateur et à l’ambition politique importante.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

« Les Veuves » reste tout de même une œuvre plaisante où l’on ressent par instant l’ambition et le génie de son réalisateur. S’il s’est forgé une filmographie presque sans faute, il n’a cependant jamais totalement convaincu. Ainsi, comme chaque fois avec Steve McQueen, nous attendrons son prochain film avec impatience dans l’espoir d’y découvrir enfin son chef-d’œuvre.

 

Réalisé par : Steve McQueen – avec Viola Davis, Michelle Rodriguez, Elizabeth Debicki, Cynthia Erivo, Colin Farrell, Brian Tyree Henry, Daniel Kaluuya, Jacki Weaver…

Date de sortie : 28 novembre 2018

Angleterre – Etats-Unis – 2h09

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s