Cœurs Ennemis

©Twentieth Century Fox
« Hambourg, 1946. Au sortir de la guerre, Rachel rejoint son mari Lewis, officier anglais en charge de la reconstruction de la ville dévastée. En emménageant dans leur nouvelle demeure, elle découvre qu’ils devront cohabiter avec les anciens propriétaires, un architecte allemand et sa fille. Alors que cette promiscuité forcée avec l’ennemi révolte Rachel, la haine larvée et la méfiance laissent bientôt place chez la jeune femme à un sentiment plus troublant encore. »

Coeurs ennemis Photo Flora Li Thiemann Keira Knightley.png©Twentieth Century Fox

C’est avec un peu de regret que l’on repense à notre séance de Cœurs Ennemis. En effet sur le papier, la toile de fond historique semblait parfaite : un contexte d’immédiat après-guerre où l’incohérence humaine de la guerre fait rage plus que jamais. Soit, un riche terrain scénaristique.

Mais tristement, James Kent ne le voit pas de cet œil là, préférant mettre en avant une histoire d’amour « témoin de son temps ». Et malheureusement, même cette histoire là – surtout la manière dont elle est racontée – manque de poigne, de conviction. Tout va trop vite pour nous montrer (vendre) une poignée d’émotions, et ce qui devait être ambiguïté n’est qu’absurdité. Un manque de patience et de nuances qui trahit le -pourtant prometteur- potentiel des acteurs annoncés par l’affiche. Malgré le jeu plein de charme de Knightley, son personnage s’abandonne, ballottée entre amour et amant, sans savoir de quoi il retourne, sans même peut-être y croire. En somme elle se perd, et nous spectateurs, avec. Des films de et sur la guerre, il y en a eu beaucoup, et des chefs d’œuvre. Passer après la Schindler’s List de Spielberg, Le Pianiste de Polanski ou même les Basterds de Tarantino demande un peu de charisme dans la mise en scène, un peu de profondeur dans les idées.

14741565_1489113397772589_1843416108_n 14741565_1489113397772589_1843416108_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n 14793695_1489113394439256_77679718_n

Ici, Cœurs Ennemis part d’une belle idée mais nous raconte la mauvaise histoire. Ce qui semble être des incohérences, et l’incompréhension de certains choix d’écriture qui demeure, finissent de sceller le sort de ce film et son destin : les oubliettes. Un long-métrage médiocre qui aurait pourtant pu aborder de nobles sujets, profonds, témoins de l’ambivalence de l’Homme et de ses actes de guerre passés et présents. Raté.

Réalisé par : James Kent – avec Keira Knightley, Jason Clarke, Alexander Skarsgård, Kate Phillips, Martin Compston, Flora Li Thiemann…

Date de sortie : 1 mai 2019

Angleterre – 1h48

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s