X-MEN : Dark Phoenix

©Twentieth Century Fox

Envoyés en mission dans l’espace pour sauver un groupe d’astronautes à la dérive, les X-Men vont être frappés par une mystérieuse irruption solaire. De retour sur Terre, une membre du groupe, Jean, va garder des séquelles de l’accident et révéler de nouveaux pouvoirs sans précédents. Alors que ces derniers submergent la jeune femme, Jean pourrait bien devenir un danger pour ses amis, et pour le reste du monde… 

Avec le rachat en cours de la 20th Century Fox par Disney, X-Men : Dark Phoenix signe
officiellement le dernier opus d’une saga pionnière, lancée par la firme il y a près de 20 ans.

Le problème lorsque l’on va voir un film près de deux semaines après sa sortie, c’est que l’on va vite avoir tendance à se laisser influencer par les premiers retours critiques et du commerciaux pour se faire un avis sur ce dernier, en particulier dans le cas de grosses sorties comme celle-ci. Avec des retours plus que mitigés et un très mauvais démarrage au box-office, je m’attendais à voir débarquer à l’écran une nouvelle production super héroïque sans saveur particulière, et probablement peu intéressante.
Hors, ce film est beaucoup de choses, mais inintéressante n’est pas l’une d’entre elle. Il faut dire que les films X-Men ont l’habitude de se distinguer de la masse, que ce soit en bien ou en mal, et ce Dark Phoenix ne sera pas celui qui fera exception à la règle.

X-Men Dark Phoenix Photo Alexandra Shipp James McAvoy Kodi Smit-McPhee Tye Sheridan
©Twentieth Century Fox

La première chose qui frappe est l’ambiance du film qui reste extrêmement pesante d’un bout à l’autre. Que ce soit par sa musique, ses dialogues ou par son histoire, Dark Phoenix est un film qui emprunte plus au genre du drame familial qu’à celui de la production super-héroïque classique. Étant en effet très sombre, et ayant en ce sens bien choisit son titre, on retrouve dans ce film une forme de tension qui s’apparente à celle ressentie devant le dernier épisode d’une série que l’on a aimé, et qui semble décider à donner dans le twist de fin plutôt que dans le banal Happy Ending. On a le sentiment que tout pourrait arriver, que tout le monde pourrait mourir et que l’on ne sait pas où ce chapitre final souhaite nous emmener.
Pour le comparer à un autre film de la saga X-Men, Dark Phoenix me fait penser à Wolverine, le combat de l’immortel : Tous deux proposent une approche presque minimaliste de leur sujet ainsi que des idées très intéressantes quant au développement de leurs personnages et de leurs relations. Pourtant, ils finiront par être considérés comme des opus assez oubliables de la franchise, la faute à une narration et à un rythme trop inconstants. Dans le cas de Dark Phoenix, cela semble s’expliquer par un processus de production complexe, de trop grandes similarités avec le Captain Marvel sorti entre-temps ayant forcer le film à plusieurs réécritures et tournages additionnels. En effet, les deux films partagent de nombreux éléments, et notamment la menace des extra terrestres Skrull qui, décidément, ne semble pouvoir être portée au cinéma avec un design convaincant.

14741565_1489113397772589_1843416108_n14741565_1489113397772589_1843416108_n 14804914_1489113391105923_62631270_n 14793695_1489113394439256_77679718_n14793695_1489113394439256_77679718_n

Si je n’en ferais pas une maladie (comme j’ai pu en faire pour des films comme Batman V Superman), je trouve encore une fois la critique et la réception publique très dures envers des films qui cherchent à sortir des sentiers battus du genre super-héroïque. X Men : Dark Phoenix est un film qui ose se démarquer, et qui pour cela ne plaira pas à tout le monde. Il est, faut-il l’admettre, un mauvais divertissement au sens premier du terme, en cela qu’il n’est pas « fun » ou « drôle ». Pourtant, il propose une conclusion originale à une saga fondatrice de l’arrivée des super-héros au cinéma.

Il s’agit donc pour vous de savoir si, comme moi, vous appréciez une oeuvre qui prend des risques pour apporter un peu d’originalité au genre dans lequel elle s’inscrit, quitte à ce que le résultat soit imparfait. Si tel est le cas, vous devriez probablement laisser une chance à ce Dark Phoenix. Le cas contraire, je vous enjoint à attendre la version plus lisse et formatée que nous proposera Disney quand ils rebooteront la saga dans quelques années.. En attendant, les X-Men de la Fox meurent ici comme ils ont toujours vécus, à savoir comme une anomalie aussi géniale qu’irrégulière, et cela a rarement été aussi apparent que dans le contenu de ce Dark Phoenix.

Réalisé par : Simon Kinberg – avec Sophie Turner, James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Nicholas Hoult, Tye Sheridan, Alexandra Shipp, Jessica Chastain…

Date de sortie : 5 juin 2019

Etats-Unis – 1h54

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s